Hermès  ? 
le messager ailé et le dieu du commerce ???
Eh bien non ce n'est pas de celui là, dont je voudrais vous parler , mais de la fameuse maison Hermès ..et vous l'admettrez  ,côté rêve,  on ne perd pas au change ...

En fait ,il s'agit d'un roman de Jean Diwo :"La calèche ", histoire romancée de la dynastie des selliers Hermes .

Je trouve personnellement que le talent de Jean Diwo était assez inégal. Il maîtrisait parfois extrêmement bien son sujet et le traitait avec beaucoup de brio :  j'ai adoré la saga des ouvriers du bois ("les dames du faubourg" I ,II & III ) ,l'histoire de  la lutherie de Cremone ("moi Milano fils de Stradivarius ")etc ...mais j'ai moins aimé   "la calèche" , même si je l'ai néanmoins lu avec beaucoup d'interêt .

Il faut noter que JD  avait  eu très peu de documentation  pour écrire cette histoire .Ceci explique peut-être cela (??? )

 Pour donner un contexte à l'histoire de la famille Hermes ,il faut fouiller dans les poubelles de  l'histoire de France .
Bien qu'on apprecie le bon goût d'un roi qui se voulait soleil , on n'aime pas forcement l' action politique de Louis XIV et notamment  la révocation de" l'Edith de Nantes "( selon la charmante appellation d'un écolier )  qui a causé la fuite d'un nombre incalculable de gens de valeur , dont le seul tort était d'honorer Dieu d'une manière différente  ...

La famille Hermes était donc une famille huguenote qui a été française,  puis allemande ,puis de nouveau française sous Napoléon grâce à l'annexion de certains territoires allemands ,dont la Ruhr, puis de nouveau allemande après la chute de Napoléon  .
L'histoire de la famille  Hermes , sous la plume de  Jean Diwo,  commence donc plus tard , sous Napoléon 1er ...dans un village allemand ..."Crefeld (?Krefeld ? )proche de Cologne (???)

Jean Diwo met en scène Dietrich Hermes ,  maître sellier ,  et sa femme Anne , fille d'un pasteur luthérien .

 Dietrich (Thierry en français )Hermes est exigeant , il ne vise pas moins que l'excellence avec son "cousu sellier " et c'est cette intransigeance du "maître"  qui  va imprégner l'ambiance familiale au point d'arriver à en faire  la marque universellement connue .

Il faut dire que ça commence bien , puisque le travail de Dietrich est remarqué par Napoléon qui  décore celui ci de la légion d'honneur .

Ces familles d'origine française vivent , cela va de soi ,avec le regret de la patrie perdue , mais leur mal-être va vraiment prendre sa source dans le retour temporaire  (environ 30 ans )à la nationalité française sous Napoléon , aussi quelques années après la mort de Dietrich et d'Anne (1817,1818), un de leur fils ,Thierry, part pour Paris , via Aix la Chapelle où il fait un stage  de quelques années chez un ami de son père , puis en Normandie chez un ami de l'ami (d'Aix la Chapelle ), puis à Paris , chez un ami de l'ami de l'ami (de Normandie) ...et enfin il s'installe à son compte .
Apres trois  déménagements , la maison Hermes avec à  sa tête ,Charles Emile , fils de Thierry , et Aline (née Lepavec)posera ses valises , au 24 faubourg Saint Honoré  ..
.

" 24, rue du Faubourg Saint-Honoré is an historical address for Hermès, as the company founder Charles-Emile Hermès opened his workshop there in 1880" .

 *****

« Figure toi que j’ai lu dans un journal français que le nombre croissant de voitures cause des encombrements permanents à Paris , que les cabriolets , les calèches ,les cavaliers et  les chevaux de volée se bousculent sur les champs Elysées comme au bois de Boulogne et qu’il n’y a pas assez de selliers pour satisfaire les besoins de tant d’équipages.
Eh bien moi je leur en ferai ,des selles !Magnifiques en cuir fauve , lissées comme un miroir , cousues à la façon du maître Hermès ,
foi de Thierry . »

Affirmation  sans vérité historique , mais je crois assez représentative de l'etat d'esprit de son auteur  ...